Bénédicte Chéneau

photo article

Bénédicte Chéneau

Publié le 22/03

LUMIÈRE SUR : Bénédicte Chéneau, Ambassadrice LML pour la région Toulousaine

Bénédicte vit à Toulouse depuis ses 21 ans. Cet été-là, un véritable coup de foudre s’opère entre elle et les célèbres briques roses en bord de Garonne. L’atmosphère particulière, les terrasses pleines en toutes saisons, la chanson de Nougaro prenait vie. Elle n’en est plus partie et son fils Thomas y naîtra un mois de juillet, comme son arrivée dans la ville des années plus tôt. Thomas aussi a ressenti le charme de la ville choisie par sa mère toute son existence.

Pour faire justice au parcours de vie de Bénédicte, le mieux est d’aller voir cette très jolie présentation sur son site professionnel : https://www.coach-pleineconscience-toulouse.fr/qui-suis-je/

De son chemin jusqu’ici, Bénédicte retient sa capacité de résilience pour faire face à l’adversité et le lien précieux avec son garçon qui est sa plus belle réussite.

Thomas naît donc le 20 juillet 1997, et quitte ce monde à l’aube de ses 23 ans en juillet 2020.

Enfant curieux aimant apprendre, intelligent, cultivé, il se passionne pour l’histoire, la géopolitique et les sciences sociales.

C'est un garçon souriant aimant la vie.

Altruiste, sensible (peut-être même hyper-sensible), il est doté d'une grande intelligence sociale.

Thomas grandit et évolue dès son plus jeune âge au rythme d'une résidence alternée.

Il aime tendre la main, rendre service.

Il aime apprendre, juste pour le plaisir.

Il aime raconter des histoires, petites et grandes histoires.

Il a de l'éloquence et porte ses idées et convictions avec sa magnifique voix grave.

Il aime la musique, les festivals, faire la fête, goûte beaucoup trop jeune au cannabis…

Après un voyage de 3 mois aux USA, il envisage y repartir faire un tour du monde.

Il rêve de Roadtrip, pour le goût du voyage et des grands espaces, la liberté et le plaisir des rencontres.

Puis surviennent le confinement, l'isolement, une rupture sentimentale, un job alimentaire réduit à néant, le vol de ses papiers et téléphone. Baisse d'énergie, perte d'appétit, perte d'envie.

Seul et isolé, Thomas ne réussit pas à faire face et manque de ressources extérieures pouvant lui tendre la main. Un père absent depuis plus de 5 ans et une mère dont il se veut autonome et indépendant, des amis partis en vacances ou devenus jeunes actifs. Il tombe en dépression, une dépression fulgurante. Son corps malmené cède à une overdose de médicaments, médicament livré en pharmacie sans ordonnance : le Donormyl.

Pour Bénédicte, son fils intègre la statistique douloureuse des jeunes victimes collatérales du Covid, celles anéanties par les effets non anticipés d’un confinement brutal.

Que faire de l’après ? Aujourd’hui l’analyse de cette maman courageuse se décline en plusieurs prises de conscience, elle l’exprime par ces mots poignants :

"𝘑'𝘢𝘪 𝘱𝘳𝘪𝘴 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘤𝘪𝘦𝘯𝘤𝘦 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘧𝘳𝘢𝘨𝘪𝘭𝘪𝘵é 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘷𝘪𝘦.

𝘑'𝘢𝘪 𝘱𝘳𝘪𝘴 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘤𝘪𝘦𝘯𝘤𝘦 𝘤𝘰𝘮𝘣𝘪𝘦𝘯 𝘪𝘭 𝘦𝘴𝘵 𝘪𝘮𝘱𝘰𝘳𝘵𝘢𝘯𝘵 𝘥𝘦 𝘥𝘪𝘳𝘦 𝘢𝘶𝘹 𝘨𝘦𝘯𝘴 𝘲𝘶'𝘰𝘯 𝘢𝘪𝘮𝘦 𝘲𝘶’𝘰𝘯 𝘭𝘦𝘴 𝘢𝘪𝘮𝘦. 𝘕𝘦 𝘱𝘢𝘴 𝘢𝘵𝘵𝘦𝘯𝘥𝘳𝘦.

𝘑'𝘢𝘪 𝘱𝘳𝘪𝘴 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘤𝘪𝘦𝘯𝘤𝘦 𝘤𝘰𝘮𝘣𝘪𝘦𝘯 𝘪𝘭 𝘦𝘴𝘵 𝘪𝘮𝘱𝘰𝘳𝘵𝘢𝘯𝘵 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘯𝘰𝘴 𝘦𝘯𝘧𝘢𝘯𝘵𝘴, 𝘦𝘯 𝘵𝘢𝘯𝘵 𝘲𝘶𝘦 𝘱𝘢𝘳𝘦𝘯𝘵𝘴, 𝘥'𝘢𝘱𝘱𝘳𝘦𝘯𝘥𝘳𝘦 à 𝘴𝘰𝘪𝘨𝘯𝘦𝘳 𝘴𝘦𝘴 𝘣𝘭𝘦𝘴𝘴𝘶𝘳𝘦𝘴.

𝘑'𝘢𝘪 𝘱𝘳𝘪𝘴 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘤𝘪𝘦𝘯𝘤𝘦 𝘲𝘶𝘦 𝘮𝘰𝘶𝘳𝘪𝘳, 𝘤𝘦 𝘯'𝘦𝘴𝘵 𝘱𝘢𝘴 𝘥𝘪𝘴𝘱𝘢𝘳𝘢î𝘵𝘳𝘦.

𝘑'𝘢𝘪 𝘱𝘳𝘪𝘴 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘤𝘪𝘦𝘯𝘤𝘦 𝘲𝘶𝘦 𝘫𝘦 𝘱𝘰𝘶𝘷𝘢𝘪𝘴 𝘷𝘪𝘷𝘳𝘦 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘮𝘢 𝘱𝘦𝘪𝘯𝘦 𝘦𝘵 𝘮𝘰𝘯 𝘤𝘩𝘢𝘨𝘳𝘪𝘯, 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘭𝘦 𝘳𝘦𝘴𝘵𝘦 𝘥𝘦 𝘮𝘢 𝘷𝘪𝘦, 𝘵𝘦𝘭𝘭𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘫'𝘢𝘪 𝘮𝘢𝘭, 𝘮𝘢𝘭 𝘥'𝘢𝘷𝘰𝘪𝘳 𝘱𝘦𝘳𝘥𝘶 𝘮𝘰𝘯 𝘧𝘪𝘭𝘴, 𝘮𝘢𝘭 𝘥𝘦 𝘯'𝘢𝘷𝘰𝘪𝘳 𝘱𝘢𝘴 𝘴𝘶 𝘭𝘦 𝘱𝘳𝘰𝘵é𝘨𝘦𝘳, 𝘮𝘢𝘭 𝘥𝘦 𝘯'𝘢𝘷𝘰𝘪𝘳 𝘱𝘢𝘴 𝘷𝘶 𝘴𝘢 𝘥é𝘵𝘳𝘦𝘴𝘴𝘦.

𝘑'𝘢𝘪 𝘱𝘳𝘪𝘴 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘤𝘪𝘦𝘯𝘤𝘦 𝘲𝘶𝘦 𝘫𝘦 𝘱𝘰𝘶𝘷𝘢𝘪𝘴 𝘷𝘪𝘷𝘳𝘦 𝘭𝘦 𝘤œ𝘶𝘳 𝘦𝘯 𝘱𝘢𝘪𝘹 𝘱𝘰𝘳𝘵é𝘦 𝘱𝘢𝘳 𝘭𝘢 𝘥𝘰𝘶𝘤𝘦𝘶𝘳 𝘥𝘦 𝘭'𝘈𝘮𝘰𝘶𝘳.

𝘗𝘰𝘶𝘳 𝘭𝘶𝘪, 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘮𝘰𝘪, 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘯𝘰𝘶𝘴, 𝘫'𝘢𝘪 𝘤𝘩𝘰𝘪𝘴𝘪 𝘭𝘢 𝘥𝘰𝘶𝘤𝘦𝘶𝘳 𝘥𝘦 𝘭'𝘈𝘮𝘰𝘶𝘳. 𝘗𝘰𝘶𝘳 𝘩𝘰𝘯𝘰𝘳𝘦𝘳 𝘭𝘦 𝘭𝘪𝘦𝘯 𝘲𝘶𝘦 𝘯𝘰𝘶𝘴 𝘢𝘷𝘪𝘰𝘯𝘴, 𝘭'𝘈𝘮𝘰𝘶𝘳 𝘲𝘶𝘦 𝘯𝘰𝘶𝘴 𝘯𝘰𝘶𝘴 𝘱𝘰𝘳𝘵𝘪𝘰𝘯𝘴, 𝘤𝘦 𝘭𝘪𝘦𝘯 𝘥𝘰𝘯𝘵 𝘯𝘰𝘶𝘴 𝘱𝘳𝘦𝘯𝘰𝘯𝘴 𝘴𝘰𝘪𝘯. 𝘑'𝘢𝘪 𝘤𝘩𝘰𝘪𝘴𝘪 𝘭𝘢 𝘱𝘢𝘪𝘹 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘩𝘰𝘯𝘰𝘳𝘦𝘳 𝘴𝘢 𝘷𝘪𝘦, 𝘤𝘦 𝘲𝘶'𝘪𝘭 𝘢 é𝘵é, 𝘦𝘵 𝘤𝘦 𝘲𝘶’𝘪𝘭 𝘦𝘴𝘵 𝘦𝘯𝘤𝘰𝘳𝘦 𝘱𝘰𝘶𝘳 𝘮𝘰𝘪."

La vie professionnelle de Bénédicte a toujours été dans l'accompagnement, l'aide et l'entraide. C'était donc une évidence qu’elle trouverait son salut en apportant son aide, et une évidence plus grande encore que ce soutien réciproque serait auprès de personnes ayant traversé la même épreuve qu’elle.

La rencontre avec LML s’opère 11 mois après le décès de Thomas, au moment crucial où Bénédicte sent qu’elle a épuisé ses propres ressources et n’arrive plus à avancer, sa souffrance s’amplifiant. Onze mois après, le sentiment d’être seule et incomprise éteint chaque jour l’espoir de s’en sortir.

La décision de s’inscrire à un groupe de parole déclenche la prise de contact de Caroline. Il s’ensuit un échange téléphonique à cœur ouvert et Bénédicte ressent alors immédiatement qu’elle est sauvée car il existe en effet des personnes comme elle, œuvrant pour s’en sortir, des Mamans Lumineuses prêtes à tendre les mains (et des Papas aussi…).

Le talent inné de Bénédicte, c’est tout ce qu’elle a mis en œuvre pour se former à la Méditation de Pleine Conscience. Aujourd’hui elle en fait profiter le plus grand nombre et notamment les parents du groupe LML, animant déjà un troisième cycle de séances hebdomadaires en groupe et en visio.

La pleine conscience est ce qui lui a permis de trouver les ressources pour faire face à cette épreuve, pour se relever après le drame.

"𝘓𝘢 𝘱𝘭𝘦𝘪𝘯𝘦 𝘤𝘰𝘯𝘴𝘤𝘪𝘦𝘯𝘤𝘦 𝘮'𝘢 𝘰𝘶𝘷𝘦𝘳𝘵 𝘭𝘢 𝘷𝘰𝘪𝘦 𝘷𝘦𝘳𝘴 𝘶𝘯𝘦 𝘭𝘪𝘣𝘦𝘳𝘵é 𝘪𝘯𝘵é𝘳𝘪𝘦𝘶𝘳𝘦, 𝘮'𝘢 𝘰𝘶𝘷𝘦𝘳𝘵 𝘭𝘦 𝘤𝘩𝘦𝘮𝘪𝘯 𝘱𝘰𝘶𝘳 ê𝘵𝘳𝘦 𝘦𝘯 𝘱𝘢𝘪𝘹 𝘢𝘷𝘦𝘤 𝘤𝘦 𝘲𝘶𝘪 𝘦𝘴𝘵.

𝘓𝘢 𝘱𝘢𝘪𝘹 𝘯'𝘢 𝘥𝘦 𝘴𝘦𝘯𝘴 𝘲𝘶𝘦 𝘴𝘪 𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘦𝘴𝘵 𝘱𝘢𝘳𝘵𝘢𝘨é𝘦.

𝘌𝘵 𝘤'𝘦𝘴𝘵 𝘥𝘰𝘯𝘤 𝘢𝘶𝘫𝘰𝘶𝘳𝘥'𝘩𝘶𝘪 𝘤𝘦 𝘲𝘶𝘦 𝘫𝘦 𝘱𝘢𝘳𝘵𝘢𝘨𝘦 𝘢𝘶 𝘮𝘰𝘯𝘥𝘦."

Les retours d’expérience des participants sont unanimes sur les bienfaits vécus auprès de Bénédicte, on dit même que sa voix apporte douceur et chaleur dans les cœurs.

Bénédicte fait clairement partie de ceux que nous appelons nos « parents ressources » dans le sens qu’elle a des compétences précieuses en thérapies de bien-être qu’elle partage généreusement depuis déjà plusieurs mois. Outre la pleine conscience, Bénédicte a aussi ajouté le Yoga à son arc, et encore plein d’autres accompagnements possibles, n’hésitez pas à lui en parler.

L’avoir comme Ambassadrice à Toulouse est un privilège de plus, merci infiniment à elle, tout devient en effet échange d’énergie d’amour.

Le mot de la fin Bénédicte ?

"𝘔𝘢 𝘮𝘪𝘴𝘴𝘪𝘰𝘯 𝘢𝘶 𝘴𝘦𝘪𝘯 𝘥𝘦𝘴 𝘓𝘔𝘓 : 𝘈𝘱𝘱𝘰𝘳𝘵𝘦𝘳 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘥𝘰𝘶𝘤𝘦𝘶𝘳 à 𝘯𝘰𝘵𝘳𝘦 𝘥𝘰𝘶𝘭𝘦𝘶𝘳.

𝘌𝘯𝘵𝘳𝘦 𝘥𝘰𝘶𝘤𝘦𝘶𝘳 𝘦𝘵 𝘥𝘰𝘶𝘭𝘦𝘶𝘳 𝘪𝘭 𝘯'𝘺 𝘢 𝘲𝘶'𝘶𝘯𝘦 𝘭𝘦𝘵𝘵𝘳𝘦 𝘲𝘶𝘪 𝘤𝘩𝘢𝘯𝘨𝘦, 𝘶𝘯𝘦 𝘭𝘦𝘵𝘵𝘳𝘦 𝘲𝘶𝘪 𝘤𝘩𝘢𝘯𝘨𝘦 𝘵𝘰𝘶𝘵 !

𝘜𝘯𝘦 𝘥𝘪𝘳𝘦𝘤𝘵𝘪𝘰𝘯 : 𝘱𝘰𝘳𝘵é𝘦 𝘱𝘢𝘳 𝘭'𝘦𝘴𝘱𝘰𝘪𝘳, 𝘭'𝘦𝘴𝘱𝘰𝘪𝘳 𝘲𝘶'𝘢𝘱𝘳è𝘴 𝘭𝘢 𝘱𝘢𝘪𝘹 𝘱𝘦𝘶𝘵 𝘴'𝘪𝘯𝘷𝘪𝘵𝘦𝘳 𝘭𝘢 𝘫𝘰𝘪𝘦.

𝘜𝘯𝘦 𝘪𝘯𝘵𝘦𝘯𝘵𝘪𝘰𝘯 : 𝘮'𝘰𝘶𝘷𝘳𝘪𝘳 𝘦𝘯𝘤𝘰𝘳𝘦 𝘦𝘵 𝘥𝘢𝘷𝘢𝘯𝘵𝘢𝘨𝘦 à 𝘭𝘢 𝘧𝘰𝘳𝘤𝘦 𝘤𝘳é𝘢𝘵𝘪𝘷𝘦 𝘥𝘦 𝘭'𝘈𝘮𝘰𝘶𝘳."

Tel : 06 18 79 61 89

email : bcheneau.lml@gmail.com


Retour au blog